Service de soutien aux juges lors de procès

Les conseillers professionnels de Shepell ont conçu un nouveau programme de soutien spécialisé (en collaboration avec les membres du comité exécutif du PCM). Appelé Service de soutien aux juges lors de procès, ce programme a pour but d’offrir un soutien aux juges qui instruisent des procès difficiles. Le milieu de travail judiciaire est complexe, très exigeant et soumis à des règles de confidentialité et à des contraintes réglementaires. D’après la recherche et les observations des juges et de leurs familles, le milieu de travail judiciaire comporte de nombreux facteurs de stress, dont les suivants :

  • la complexité grandissante des causes et l’alourdissement de la charge de travail des juges;
  • le nombre grandissant de personnes ayant des troubles mentaux qui comparaissent en justice;
  • des critiques de plus en plus nombreuses de la part du public et des médias, et souvent même des attaques personnelles contre les juges;
  • les difficultés constantes qu’ont les juges à concilier les vies professionnelle, familiale et personnelle.
Il n’est pas rare que les juges canadiens instruisent des procès qui les exposent à :
  • des actes d’extrême violence, de très graves blessures ou la mort d’un enfant;
  • de multiples victimes ou d’autres circonstances horribles;
  • des crimes qui, lorsqu’ils sont pris isolément, ne semblent pas causer un traumatisme secondaire, mais lorsqu’ils sont vus dans leur ensemble, peuvent conduire à l’endurcissement ou à l’épuisement professionnel.
Il est évident que les facteurs suivants peuvent aussi provoquer un grand stress :
  • l’examen détaillé de la preuve avant un procès et d’autres activités préalables à un procès;
  • une interaction prolongée avec les diverses parties associées à des crimes;
  • des procès de très longue durée qui isolent un juge de sa famille et de son soutien social;
  • la perturbation des occupations journalières durant des procès difficiles ou de très longue durée;
  • une longue exposition à des images ou à des documents explicites ou troublants;
  • l’intense regard scrutateur des médias et du public.

CADRE DU SERVICE DE SOUTIEN AUX JUGES LORS DE PROCÈS

Tous les volets de soutien sont fondés sur des normes d’excellence établies et sont adaptés aux caractéristiques individuelles, aux intérêts personnels et aux besoins particuliers du juge et de sa famille. Les étapes du service de soutien sont les suivantes :
  1. début du service et accueil
  2. soutien avant le procès
  3. soutien durant le procès
  4. soutien après le procès

1. DÉBUT DU SERVICE ET ACCUEIL

Le Service de soutien aux juges lors de procès est offert par l’intermédiaire du Centre d’accès aux services de Shepell•fgi.
Processus :
  • après qu’une cause lui a été confiée, le juge communique avec le Centre d’accès aux services de Shepell  et demande une consultation initiale.
  • le Centre d’accès aux services recueille des renseignements de base.
  • le Centre d’accès aux services désigne un conseiller supérieur qui prendra contact avec le juge afin d’organiser une consultation initiale.
  • le conseiller supérieur de Shepell communique avec le juge et convient de la date, de l’heure et du lieu de la consultation initiale en personne.

2. SOUTIEN AVANT LE PROCÈS

Le conseiller de Shepell rencontre le juge avant le procès dans le but :
  1. d’établir une relation avec le juge et de discuter des défis particuliers qu’il serait appelé à relever sur les plans personnel et familial lors du procès qu’il présidera;
  2. de fournir de l’information sur l’éventail des services de soutien offerts au juge et à sa famille;
  3. de faire une évaluation détaillée des facteurs de stress actuels et antérieurs, des préoccupations et des ressources de soutien personnel et faire passer un test standardisé d’évaluation du stress;
  4. d’entreprendre l’élaboration d’un plan de soutien comportant des stratégies précises pour surmonter les défis et les préoccupations exprimés par le juge.
L’élaboration du plan de soutien personnel du juge tient compte de ce qui suit :
  1. les antécédents du juge à l’égard de l’instruction de procès très stressants;
  2. les préférences du juge et de sa famille en matière de soutien;
  3. les particularités du procès, y compris sa durée prévue;
  4. les mesures de soutien dont disposent déjà le juge et sa famille.
Après la consultation et l’évaluation initiales, le conseiller de Shepell rédige un plan de soutien confidentiel qu’il remet au juge afin d’obtenir ses commentaires et son approbation. Ce plan de soutien comprend ce qui suit :
  • un examen des principaux résultats de l’évaluation du stress;
  • un examen des principales stratégies de gestion du stress fondées sur les résultats;
  • des stratégies axées sur la nutrition, le sommeil, l’exercice, l’interaction sociale, le loisir et la détente;
  • des options pour répondre aux autres besoins psychologiques, émotifs et spirituels du juge;
  • des stratégies précises pour répondre aux questions et aux besoins de la famille du juge.
Une fois établi, le plan de soutien sert de modèle pour orienter les services de counseling, d’encadrement et de soutien qui seront fournis au juge et à sa famille. Les services offerts demeurent toujours flexible afin de tenir compte des besoins nouveaux ou des priorités changeantes.

3. SOUTIEN DURANT LE PROCÈS

  • les services de soutien offerts durant le procès sont fondés sur les objectifs fixés d’un commun accord avant le procès.
  • le conseiller de Shepell rencontre régulièrement le juge pendant le procès pour discuter de ses préoccupations, lui fournir un soutien psychologique et émotif et lui offrir d’autres services de soutien, selon le besoin.
  • le conseiller de Shepell est également à la disposition des membres de la famille du juge pour leur fournir un soutien, si cela les intéresse.
  • le conseiller de Shepellcollabore avec le juge pour s’assurer que les problèmes potentiels ont été cernés et résolus de façon proactive.
  • le conseiller de Shepell continue d’évaluer les facteurs de stress du juge et lui fournit des conseils sur les stratégies de gestion de ces facteurs de stress.
  • le plan de soutien est modifié selon le besoin.

4. SOUTIEN APRÈS LE PROCÈS

À la suite du procès, le conseiller de Shepell fournit un soutien psychologique et émotif, selon le besoin.
  • le soutien à la famille est réévalué et fourni selon le besoin.
  • la cessation des services est décidée d’un commun accord.
  • un suivi approprié a lieu à intervalles de quatre et six mois, selon le besoin.

RESSOURCES DE SHEPELL•FGI

Les services de soutien sont fournis par un groupe choisi de conseillers de Shepell qui sont spécialement formés et supervisés pour assurer les meilleurs résultats et la plus grande satisfaction possibles. Le conseiller de Shepell idéal :
  • est capable d’établir de bonnes relations avec la clientèle et de formuler des plans d’action comportant des résultats bien structurés, documentés et mesurables;
  • est capable de traiter avec des clients de milieux professionnels;
  • a une certaine connaissance des techniques de conseil et de motivation;
  • possède une vaste expertise clinique, notamment dans les domaines suivants :
    • l’évaluation clinique et la gestion de la dépression;
    • la gestion du stress professionnel prolongé;
    • l’évaluation et la gestion clinique de la consommation et de l’abus d’alcool ou de drogues;
    • le counseling familial;
    • le counseling en mode de vie;
  • a une connaissance des domaines du traumatisme secondaire, du deuil pathologique, de l’épuisement professionnel et de l’usure de compassion;
  • a suffisamment de souplesse pour pouvoir offrir ses services ailleurs que dans les bureaux de Shepell, peut-être aussi en dehors des heures normales de bureau;
  • a suffisamment de stabilité professionnelle pour s’engager à fournir des soins continus pendant une période de six à dix-huit mois;
  • est disposé à travailler étroitement avec le superviseur de Shepell pour établir un plan d’action, examiner les divers aspects des services et faire des changements selon le besoin.